La prononciation des vins

Parce que les noms qui apparaissent sur les bouteilles sont souvent des appellations qui se prononcent d’une façon qui n’est pas toujours évidente.

Abruzzo – En italien, z se prononce [ts] ou [dz], selon l’usage régional. Dans ce cas-ci, Abruzzo se prononce [a-brout-tso].

Alentejo  – Se prononce [a-lênn-tê-jo], en portugais.

Aloxe-Corton – Aloxe se prononce [a-los-se] et non pas [a-lo-ks].

Auxey-Duresses – Auxey se prononce [os-sé].

Banyuls  – Toutes les lettres se prononcent comme s’il s’agissait d’un mot de langue espagnole : [ba-niou-lz]. Cependant, on peut dit aussi : [ba-niou-z] (sans le [l]).

Blaye – Ici, il y a ce qu’on peut considérer comme étant une diphtongue. Blaye rime avec braille. Il se prononce donc [bla-ï] et non [blê], tout comme une abbaye se dit [ab-ba-ï].

Cassis – Se prononce [ka-si], bien qu’on entende encore à l’occasion [ka-si-ss].

Chardonnay – Curiosité de la langue française. Chardonnay se prononce [char-don-] et non [char-don-né] et certainement pas [char-don-ne-rê].

Chianti – En italien, ch se prononce [k]. On prononce donc Chianti [ki-ann-ti].

Chorey-les-Beaune – Chorey se prononce comme il s’écrit : [cho-ré] et non [ko-ré].

Cinzano – Il s’agit ici d’un vin apéritif italien (nord de l’Italie). Il se prononce donc en italien : [tch-inn-tsa-no] ou [tch-inn-dza-no] (l’accent tonique sur la seconde syllabe), non pas [sain-za-no].

Costières de Nîmes – Bien que les dictionnaires s’entendent pour dire que Costière se prononce [koss-ti-êrr], il s’agit d’un [s] diacritique qui, pour une raison quelconque, est demeuré en français contemporain. Ainsi devrait-on prononcer Costière [-ti-err].

Dão – Considérez la prononciation comme s’il s’agissait d’alphabet phonétique international : [dã-o]. Se prononce comme si on disait [dan] suivi de [o], mais avec une diphtongue – voyelle qui change au cours de sa prononciation.

Fixin – Comme pour Auxey-Duresses et Aloxe-Corton, Fixin se prononce [fis-sin].

Gewürztraminer  – Ce cépage se prononce à peu près [guœ-vur-ts-tra-mi-nœr]. Le tréma sur l’u signale une prononciation en [u] et non en [ou], comme dans fünf qui se dit [fu-nf] et non [fou-nf].

Gigondas – Se prononce aujourd’hui des deux façons : [ji-gon-da] ou [ji-gon-dass], même si, en principe, le [s] final devrait être muet.

Jerez – La jota est une consonne espagnole, dont la prononciation n’existe pas en français. Il s’agit d’ailleurs d’une des lettres les plus difficiles à prononcer pour les francophones. Le son qui résulte de cette consonne ressemble à un [h] bref, expiré avec force, cependant que la langue adopte la position nécessaire pour prononcer un [k] ou un [r]. Jerez se prononce donc, en quelque sorte, [khêrê-th] (le z final est analogue au [th] anglais).

Juliénas – On ne prononce pas le [s] final, ce qui donne [ju-lié-na].

Liebfraumilch  – Cette appellation allemande se prononce à peu près [lip-fra-ou-mil-kh].

Miglianico – Se prononce [mi-li-a-ni-ko].

Montrachet – Se prononce [mon-ra-chê], un peu comme Montréal se prononce [mon-ré-al].

Puglia – En italien, cela se prononce [pou-lia].

Rheingau – Terme allemand qui comporte deux diphtongues. Une diphtongue consiste en une voyelle qui change de timbre au sein d’une seule syllabe. En français contemporain elles ont quasiment disparu, sauf dans le langage parlé et relâché, au Québec et en France comme dans le reste des pays francophones. Ailleurs, les diphtongues continuent d’exister dans plusieurs langues, notamment l’anglais (noise, hound, house, fine, boat, bear) et l’allemand (Haus, mein, heute). Dans le cas qui nous intéresse ici, Rheingau se prononce à peu près [ra-ïnn-ga-wœ].

Riesling – Se prononce [riss-ligne] (les voyelles ie en allemand se prononcent [i], comme dans vier qui se prononce [vir] et vie qui se dit [vi].

Rioja – Voir les remarques concernant Jerez. Le nom Rioja se prononce [ri-o-kha].

Rothschild – Voilà un nom qui n’est pas toujours évident à dire. Certains le prononcent à l’anglaise, Rothschild doit se prononcer [ro-ch-tchi-ld] ou [ro-tchi-ld], tout simplement.

Valencia – Région vinicole d’Espagne. Il faut donc adopter la prononciation espagnole. Le v se prononce à peu près comme un b, ce qui donne : [ba-lênn-thi-a] (le c de la syllabe finale est analogue au [th] anglais), et non [va-lan-sia] (quoiqu’on dise Valence en français).

Vosne-Romanée – Comme pour Costières, Vosne comporte un s diacritique. Vosne se prononce donc [vô-ne], sans insister sur l’e final.

Zinfandel – Se prononce [zénnfn-dell], avec un [l] mouillé en finale.

Pas de commentaire